lundi 10 octobre 2011

décoration


au départ l'abbé devait avoir un air absent puis on m'a demandé de rajouter un sourire
Je voulais quand même garder son air indifférent…

10 commentaires:

Benjamin Strickler a dit…

bien rendu l'air. L'image est belle, un peu déprimante, je ne saurai trop dire pourquoi. Peut-être parce que la scène se passe dans l'ombre, la lumière est ailleurs, au loin. C'est voulu de ta part?

j.etienne a dit…

C'est pas très" jouasse"d'accord mais déprimant,ça me semble éxagéré.
j'ai fait baigner tout ça dans la grisaille ; le problème c'est toujours:comment coloriser une foule de façon simple et assez rapide.Je me suis aussi inspiré d'une photo d'époque avec des mines solennelles et des vêtement sombres

Benjamin Strickler a dit…

oui, "déprimant" n'est pas le bon terme. Je ne sais pas trop comment l'exprimer, mais il y a quelque chose dans l'image qui fait apparaître un sentiment de "tristesse". Je ne pense pas que ce soit du à la grisaille, mais à un faisceau de petits détails : l'expression de l'abbé qui n'a pas l'air à sa place, l'air suffisant du gars derrière à droite, la lumière qui n'arrive pas sur la scène mais au loin, le côté officiel pompeux. Tout cela rend à merveille l'aspect plombant que peut avoir ce genre de cérémonie. "Plombant", voilà peut-être le terme que je cherchais! Je me demandais si c'était fait exprès.

Mauricio Cardenas a dit…

I think that the fact that an image inspires emotions is in itself a success. Maybe that should be the most important objective. For me, the main character seams detached, but perhaps that tells something about his personallity. Well done!
I also like the ambiental qualities of your pictures, here a cold morning.

j.etienne a dit…

BEN-j'attends la réaction de l'éditrice…
MAURICIO- thanks! the main character has to seem detached nearly bored.

jean millou a dit…

Eh bien, peut-être as-tu trahi certains de tes sentiments à l'égard de l'évènement que tu illustres ici ? L'arrière-plan est dans la pénombre, et le seul personnage à ne pas bomber le torse de fierté, c'est le personnage central, l'Abbé. L'image illustre clairement qu'il y a un décalage entre les honneurs militaires/politiques et un personnage que nous associons aujourd'hui à l'extrême inverse.

j.etienne a dit…

JEAN-tu as tout compris

le chef de gare a dit…

Je me demande même si tu n'aurais pas pu tourner le regard de l'Abbé, sans changer l'expression vers celui qui "l'épingle", si je puis dire. Une attitude de défi trop prononcée ?

Thomas Brissot a dit…

Hey salut Etienne,

Jolie image, je la trouve très bien telle quelle, pour les raisons que Jean a évoquées. Du reste, on n'obtient jamais que 80% de l'image qu'on avait en tête, non? :)

j.etienne a dit…

CHEF-possible…
THOMAS-Je sais rarement quel résultat atteindre à 100%.Les recherches couleur m'aident à trouver une direction qui peut encore évoluer en cours de réalisation…